oXfoZ, webagency experte en technologies open-source

Firefox pourrait être une menace pour Google

Dans sa nouvelle version, une fonction pourrait impacter le nombre de recherches faîtes par les internautes.

Il semblerait que Firefox ne concurrence plus uniquement Internet Explorer. En effet, d’après le Wall Street Journal, une nouvelle fonction de la version 3 du logiciel de navigation publié en juin, pourrait commencer à sérieusement impacter le nombre de recherches faites par les internautes sur les moteurs de recherche, du type Google.

La barre d’adresse étant dotée d’une fonction écriture intuitive, il est beaucoup plus facile de retrouver une page consultée précédemment. Les personnes revenant régulièrement sur le même site Internet via un moteur de recherche peuvent désormais taper directement le nom du site dans leur barre d’accès, sans avoir à connaître l’adresse exacte du site.

Cette fonction pourrait selon le journal réduire considérablement le nombre de recherche faites chaque jour, puisqu’en général, les gens utilisent les moteurs de recherches – et notamment Google – comme une barre d’adresse pour trouver un site qu’ils vont fréquemment visiter mais n’ont pas en favori.

Une nouvelle fonction qui a du succès
Ce dispositif risque de devenir omniprésent. Microsoft a déjà annoncé qu’il mettrait quelque chose de similaire dans sa prochaine version d’Internet Explorer. Pour sa part Google a déjà lancé son propre navigateur : Chrome qui propose également une fonction semblable.

Net Applications fournit des chiffres éloquents sur la répartition du marché des navigateurs internet : Internet Explorer détient actuellement 67,47% des parts de marché en février, pour un peu plus de 1% pour Chrome. Firefox voit ses parts de marché en hausse, passant de 19% en juin à 22% en février.

Néanmoins, la recherche sur Internet restera un marché porteur encore longtemps. La nouvelle fonction de Firefox n’est pas utile pour ceux qui pratiquent une recherche pour la première fois. Par ailleurs, la fondation Mozilla, qui édite le logiciel, dépend à 85% (chiffres 2006) d’un accord passé avec Google, qui fait de lui le moteur de recherche par défaut au sein du navigateur. En échange de cette place privilégiée, Google reverse de l’argent à la fondation pour chaque recherche générée.

Une somme qui augmente donc au fur et à mesure que le navigateur prend de l’importance sur la toile. Ce mécanisme financier assure ainsi indirectement une partie du succès de Firefox. Ni Google, ni Firefox n’ont donc interêt à ce que le flux de recherches sur le plus célèbre des moteurs de recherche via le navigateur au panda roux se tarisse.

source